L'environnement

Tout faire pour que la nature reprenne ses droits

Dans un précédent article, nous vous parlions des diverses procédures et obligations environnementales liées au projet de l’élargissement de l’autoroute A6 sur Auxerre. Alors que la dernière phase d’aménagements écologiques et paysagers démarre à peine, la faune et la flore caractéristiques des lieux sont déjà de retour. Une belle preuve de résilience de la nature… favorisée par des choix techniques inattendus.

Depuis le début du chantier, plusieurs mesures compensatoires ont pu être mises en œuvre. Toutes veillent à satisfaire les objectifs environnementaux fixés par l’État selon les principes de la démarche ERC (Éviter, Réduire, Compenser). Phases de chantier réalisées à des périodes spécifiques, adaptation de la typologie des travaux, déplacement d’espèces protégées mais aussi création d’habitats pour les reptiles, réalisation de clôtures et mares à amphibiens… toutes ces mesures et aménagements ont permis à la nature de reprendre rapidement ses droits.
Comme l’explique Thibaut Meskel, technicien environnement au sein d’APRR : « les batraciens ont de nouveaux colonisé les lieux, les couleuvres sont également de retour. Sur des déblais forestiers aménagés au printemps 2017, on observe des arbrisseaux frôlant les 1,50 m tandis que des bassins construits en 2018 accueillent un cortège de plantes aquatiques comme les roseaux et les joncs ».

Savoir laisser faire la nature

Si APRR doit respecter des objectifs environnementaux précis au titre des mesures compensatoires, la méthode employée pour les atteindre n’est pas imposée. Et c’est là où le projet de l’élargissement de l’A6 se veut innovant. « Toutes les emprises de l’autoroute sont concernées par ces obligations. Sur les 15 km du projet, nous devons créer sept kilomètres de haies, 4 hectares de prairies de fauche et 3 hectares de boisement. Notre démarche se distinguera par une approche capitalisant sur l’utilisation de la biodiversité naturelle » explique Yoann Ratiney,
chargé de l’assistance à maîtrise d’ouvrage sur la partie écologie. En d’autres termes, plutôt que de planter une haie classique avec de jeunes arbres, APRR va venir s’appuyer au maximum sur les végétaux déjà présents sur le site. Pour cela, la qualité des sols sera enrichie avec un apport de matière organique à base de compost, de paille, de copeaux de bois… sans oublier les branches, énormément de branches. « Nous réalisons des linéaires de branchages agencés avec beaucoup de vide qui seront autant de pièges à graines provenant des arbres voisins » explique Clément Bollinger, maître d’ouvrage du volet paysager. Chênes, charmes, érables, aubépines et autres pruneliers vont ainsi se développer au gré des vents, des oiseaux et des saisons.

Suivi et partenariats naturalistes

Aussi originale soit-elle, cette mise en œuvre des aménagements écologiques sur le chantier n’en oublie pas pour autant d’être efficace. « Un arbre issu d’une graine qui a germé naturellement dans son milieu poussera plus vite et sera plus robuste qu’un arbrisseau issu d’une pépinière.
Sur d’autres chantiers, on a pu constater des végétaux spontanés jusqu’à trois fois plus grands que ceux plantés » argumente Thibaut. Et Clément d’ajouter « la règle n°1 pour intégrer une infrastructure routière, c’est de s’emboîter dans le paysage juste à côté ». La composition des aménagements paysagers s’inscrit dans la lignée des perspectives paysagères environnantes afin de reconstituer des ensembles parfaitement homogènes. À cette dynamique de la nature,
il convient d’ajouter celle des partenariats locaux mis en place avec APRR : collecte de branchages auprès des communes et de l’ONF, récupération de poudre de bois brut auprès de KRONOSPAN, un industriel local, don de paille par le lycée agricole d’Auxerre… « La forte implication locale sur ce projet est le fruit d’un travail de sensibilisation et de pédagogie » se félicite Clément. Il semble donc qu’un bel équilibre ait été trouvé pour favoriser l’épanouissement de la nature sur le chantier de l’élargissement A6 Auxerre. Un suivi naturaliste sera fait en parallèle de ces aménagements pour démontrer précisément à quelle vitesse faune et flore reprendront possession des lieux.


  • L'environnement

    Espaces aménagés pour espèces protégées

    Qui dit élargissement de la chaussée dit augmentation des emprises autoroutières. Il était donc impératif pour APRR de mettre en œuvre les mesures [...]

    En savoir plus
  • L'environnement

    Faire plus de place pour la nature

    APRR a également profité des travaux d’élargissement de l’autoroute pour mettre en place de nouveaux aménagements en faveur de l’environnement. [...]

    En savoir plus