L'environnement

Espaces aménagés pour espèces protégées

Qui dit élargissement de la chaussée dit augmentation des emprises autoroutières. Il était donc impératif pour APRR de mettre en œuvre les mesures nécessaires à la préservation de l’équilibre environnemental du site.

Minimiser l'impact des travaux

Technicien environnement au sein d’APRR, Thibaut Meskel est le garant de ce fragile équilibre à trouver entre impact du chantier et maintien de la biodiversité. « Toute notre action repose sur les mesures ERC, à savoir Éviter, Réduire et Compenser » explique Thibaut. En premier lieu, le maître d’ouvrage cherchera toujours à éviter les aménagements impactant la nature. Lorsque cela n’est pas possible, il doit réduire au maximum cet impact en mettant en place les mesures compensatoires appropriées. L’optimisation du volet hydraulique du projet va dans ce sens, avec la suppression de deux bassins sur les dix initialement prévus. Autre exemple, avec les opérations de déboisement préalables au chantier effectuées en septembre 2016.
« On a déboisé que le strict nécessaire, en veillant à intervenir hors des périodes de nidification des oiseaux et d’hivernage des chauves-souris » se souvient le technicien. Bien entendu, chacune de ces interventions s’appuie sur un inventaire précis des espèces présentes et de leurs zones d’habitat.

Les espèces protégées bien installées

Le périmètre du chantier de l’A6 Auxerre abrite plusieurs espèces protégées. Comme le rappelle Thibaut,
« on trouve des amphibiens tels que le crapaud commun, la salamandre tachetée, le triton palmé, le groupe des grenouilles vertes et brunes… ». La circulation des engins créant des ornières et autres flaques, des bâches ont été installées en différents points du chantier pour empêcher nos batraciens de s’installer dans ces habitats à haut risque. Au lieu de ça, Thibaut, en partenariat avec un bureau d’études spécialisé, a veillé à ce que de nouvelles mares et noues forestières soient réalisées sur des emplacements parfaitement appropriés. « APRR a même réalisé cinq mares de compensation encadrées par une convention avec l’Office National des Forêts » argumente-t-il. Cette démarche se décline aussi chez les reptiles. Lézards des murailles, couleuvres vertes, jaunes ou à collier… peuvent ainsi se réchauffer et se cacher dans des hibernaculums (ensemble composé de branches, terre et pierres) spécialement élaborés pour eux. Côté amphibiens, de nombreux spécimens ont déjà pris possession de leurs nouveaux appartements. Sur le chantier de l’A6 Auxerre, la nature a vite repris ses droits !


  • L'environnement

    Tout faire pour que la nature reprenne ses droits

    Dans un précédent article, nous vous parlions des diverses procédures et obligations environnementales liées au projet de l’élargissement de [...]

    En savoir plus
  • L'environnement

    Faire plus de place pour la nature

    APRR a également profité des travaux d’élargissement de l’autoroute pour mettre en place de nouveaux aménagements en faveur de l’environnement. [...]

    En savoir plus